QU’ON ME DONNE LA NUIT

" Je vis chaque jour. De foi et de courage. Et je meurs chaque nuit. Du feu de l’extase. " Novalis


→ Générique
+
→ Mentions
+
→ Calendrier
+
Synopsis

C’est l’épopée de deux héros sans mémoire.
Un cow-boy poussiéreux et une créature détrempée.
Un face à face étrange dans une laverie automatique.
Il y déboule comme on tombe, elle hante les lieux comme on songe.
« On m’a coupé les ailes. »
« On m’a coupé la langue. »
Drôle d’endroit pour une rencontre, le cadre rêvé pour mieux questionner l’altérité, les limites, la disparition et l’infini.

C’est la dernière nuit. Le temps où la parole permet enfin d’aller vers l’autre, pour tenter de dire tout ce qui compte vraiment avant qu’il ne soit trop tard.

Où vont les bulles de savon ? Que nous disent les moineaux ? L’estomac secondaire des fourmis ? Les lueurs d’une supernova ? Et la stratégie des champignons ?

Lui réalise un rêve d’enfant. Elle peuple le temps qui reste de toute son étrangeté, quelques livres à portée de main.
Une fable métaphorique et existentielle pour faire le point, accepter avec émerveillement l’autre, la disparition, dépasser l’angoisse de la séparation et de la fin de l’anthropocène.